Maladie mentale en cas d'incapacité et de dépendance

2695
Simon Doyle
Maladie mentale en cas d'incapacité et de dépendance

La culture dans laquelle nous nous trouvons nous imprègne inconsciemment d'un engagement envers le monde qui nous entoure. Notre volonté n'est pas la nôtre que nous croyons et que nous aimerions. L'environnement limite notre comportement et inhibe ou accélère nos décisions. Nous faisons partie d'un tout plus large qui nous nourrit ou nous détruit.

La fermeture des sanatoriums et des macro-centres, où les personnes atteintes de maladie mentale étaient isolées, a donné naissance à une nouvelle vision de la société de la maladie mentale.

Cependant, aujourd'hui, sans une couverture suffisante des services et des prestations, les personnes atteintes de maladie mentale constituent un groupe très susceptible de tomber dans l'exclusion sociale..

L'État providence a mis des avantages et des services à la disposition des citoyens. La reconnaissance, la déclaration et la qualification du degré de handicap (R.D. 1971/1999) et plus récemment le Système d'Autonomie et d'Attention à la Dépendance (SAAD). Les deux ont des avantages qui visent à améliorer la vie des personnes ayant un handicap reconnu ou une dépendance.

L'évolution des différentes classifications de la fonctionnalité et, par extension, de leurs stratégies a donné un poids croissant à des facteurs contextuels, extrinsèques aux personnes. Des facteurs tels que le bien-être, l'état et les conditions de santé, le fonctionnement, les activités et la participation sont introduits.

Le projet de vie est un critère qui détermine la fréquence à laquelle la personne accomplit quelles tâches et à quels endroits. Le SAAD envisage le projet vital de la personne dépendante dans tous les domaines de la vie. Il fait référence à chaque rôle professionnel tout au long du cycle de vie de la personne; enfance, âge préscolaire, adolescence, maturité et vieillesse. Dans les étapes de développement et les rôles associés.

La loi sur la dépendance a été créée avec l'intention de répondre aux besoins de ces personnes qui, parce qu'elles se trouvent dans une situation de vulnérabilité particulière, ont besoin d'un accompagnement pour développer les activités essentielles de la vie quotidienne, atteindre une plus grande autonomie personnelle et pouvoir exercer pleinement leurs droits à la citoyenneté.

Dans le R.D. 1971/1999 invalidité il existait déjà une échelle spécifique (ATP) dans laquelle le besoin d'une tierce personne pouvait être reconnu, à partir de 75% d'invalidité. Cependant, ce qu'elle n'a pas contribué et ne fournit toujours pas à la personne dépendante, ce sont l'aide ou les prestations qui sont reconnues dans le SAAD. En revanche, elle présente d'autres avantages, comme le complément économique à la prestation non contributive, la carte de stationnement, la taxe ...

Par conséquent, ce que la loi sur la dépendance a introduit était une réforme déguisée d'un décret royal sur le handicap qui existait déjà. L'échelle d'invalidité à la troisième personne (ATP) a été abrogée par une échelle unique, pour l'ensemble de l'État espagnol, pour les personnes de plus de 3 ans (BVD) et une autre pour les enfants de moins de 3 ans (EVE).

Les plaintes des associations de malades mentaux sont plus que justifiées, car le score total dans les évaluations est bien inférieur aux attentes. Cela est dû au fait que les tâches à évaluer dans le BVD ne collectent pas suffisamment les particularités de la personne atteinte de maladie mentale.

Il existe d'autres questionnaires fiables et valides, même interculturels, plus orientés vers les personnes atteintes de maladie mentale, sensibles au niveau de soutien qu'ils reçoivent.

Le questionnaire d'évaluation du handicap de l'Organisation mondiale de la santé introduit le développement d'un nouvel instrument d'évaluation du handicap Who - Das II. Les domaines qui ont été pris étaient:

  1. Compression et communication avec le monde.
  2. Capacité à gérer l'environnement.
  3. Soins personnels.
  4. Relation avec d'autres personnes.
  5. Activités de la vie quotidienne.
  6. Participation à la société.

A partir de ces domaines, les items ont été formulés, examinés par les experts, pour évaluer le niveau de difficulté dans le développement des activités de base de la vie quotidienne. (ABVD).

Mais ce questionnaire Who-Das II n'a pas été pris en compte dans le SAAD. En raison du désir du SAAD de vouloir englober toutes les pathologies avec un seul BVD, plutôt que de s'occuper des besoins spécifiques et des caractéristiques particulières des différents groupes de population.

En ce sens, les personnes atteintes de maladie mentale constituent un groupe de population qui, dans de nombreux cas, ne bénéficie pas du portefeuille de ressources SAAD, soit parce que l'échelle n'est pas suffisamment sensible aux conditions et aux risques particuliers, soit parce qu'il n'y a pas de services adéquats. ou avantages.

Aujourd'hui, les personnes atteintes de maladie mentale ont beaucoup de mal à entrer dans le réseau de services SAAD et, en revanche, elles sont très susceptibles de se retrouver en situation d'exclusion sociale, surtout si elles ne bénéficient pas d'un soutien extérieur vital..

[email protected]
Diego Rañado


Personne n'a encore commenté ce post.