Vérités et mensonges sur le sexe

3026
Charles McCarthy
Vérités et mensonges sur le sexe

Faux

  • Pour qu'une relation sexuelle soit bonne, les deux personnes doivent atteindre l'orgasme.
  • La relation sexuelle n'est complète que lorsqu'un homme et une femme atteignent l'orgasme en même temps.
  • Les orgasmes simultanés sont plus agréables que les orgasmes expérimentés séparément.
  • La femme n'a pas besoin de se décharger de ses besoins sexuels comme l'homme.
  • Si la femme n'aime pas les rapports sexuels, c'est la faute de l'homme.
  • Quelques tasses supplémentaires stimulent le désir et encouragent les gens à se rapprocher et à mieux performer sexuellement.
  • Il existe deux types d'orgasmes chez la femme: l'un vaginal et l'autre clitoridien..
  • La vie sexuelle d'une femme se termine avec la ménopause.
  • Le désir sexuel et la puissance diminuent considérablement après 40 ou 50 ans.
  • La masturbation est une pratique presque exclusive pour les hommes.
  • La masturbation chez les hommes ou les femmes est un signe que quelque chose ne va pas avec leur sexualité.
  • La masturbation diminue la puissance sexuelle.
  • La masturbation très fréquente conduit à l'homosexualité. L'absence de l'hymen prouve qu'une femme n'est pas vierge.
  • La femme atteint l'orgasme lorsqu'elle sent la pénétration du pénis.
  • La stérilisation réduit la libido d'une femme.
  • Le vieil homme manque d'avantages par rapport au jeune homme, par rapport à la satisfaction sexuelle.
  • L'impuissance signifie une perte de virilité.
  • L'impuissance est naturelle et irréversible chez l'homme âgé.
  • L'homme est toujours prêt à avoir des relations sexuelles.
  • Si l'homme n'est pas excité dans une situation sexuelle, cela signifie qu'il a des problèmes de fonctionnement.
  • Un homme qui aime la stimulation de sa région anale est homosexuel ou a tendance à être.
  • L'orgasme et l'éjaculation chez les hommes sont le même phénomène.
  • Un homme avec un petit pénis ne peut pas offrir le même plaisir à une femme qu'un homme avec un gros pénis.
  • Dans les relations homosexuelles, l'un joue le rôle d'un homme et l'autre d'une femme.
  • Les homosexuels sont plus obsédés par le sexe que les hétérosexuels.
  • L'homosexualité est due à une perturbation de l'enfance.

Vrai

  • L'orgasme se caractérise par une augmentation de la pression artérielle, une augmentation de la fréquence cardiaque, une respiration plus profonde et plus rapide, la congestion de tissus spéciaux avec du sang (les corps caverneux chez l'homme et le clitoris et la zone périvaginale chez la femme) et enfin, la libération explosive de la tension nerveuse accumulée. Cette libération est immédiatement suivie d'un retour rapide ou d'une involution du corps à l'état normal. La sensation subjective d'orgasme est principalement centrée dans la région pelvienne, le pénis, la prostate et les vésicules séminales chez l'homme et le clitoris, le vagin et l'utérus chez la femme. L'orgasme est une expérience de courte durée, qui ne dure pas plus de dix ou douze secondes, avec une intensité difficile à expliquer.
  • L'alcool a un effet inhibiteur clair, car il agit sur le cortex cérébral, en inhibant la personne et son désir sexuel. Cependant, l'alcool n'a ces effets que s'il est ingéré en petites quantités et pendant une courte période. Lorsqu'il dépasse certaines limites de dose, l'effet est totalement opposé et dérangeant du désir sexuel, car il empêche une bonne érection, produisant des troubles de l'éjaculation. Chez les femmes, cela perturbe également la capacité orgasmique. En outre, la consommation répétée d'alcool comporte de nombreux autres dangers tels que des dommages aux centres supérieurs du cerveau et du foie, entre autres. Beaucoup de femmes et d'hommes alcooliques ont commencé par consommer de l'alcool pour se stimuler, se désinhiber et oser d'abord le contact social puis le contact sexuel..
  • Le désir sexuel n'a pas à diminuer avec l'âge. L'homme, même à un âge avancé, est capable d'avoir de bonnes érections et d'être en parfait état pour avoir des relations sexuelles avec pénétration, bien que le nombre d'érections ne soit pas aussi abondant qu'aux âges précédents, il n'est pas significatif de "manque de qualité".
  • De plus en plus de femmes n'ont pas honte et profitent de leur propre corps avec la masturbation. Les hommes et les femmes la pratiquent tout au long de leur vie, sans que cela signifie en aucune façon que leur vie sexuelle soit précaire ou que cela diminue leur potentiel sexuel. Au contraire, de nombreux couples peuvent trouver de nouveaux modes de plaisir d'abord individuellement, puis les mettre en pratique ensemble..
  • Populairement, il y a eu des mythes et des tabous en tout temps et en tous lieux sur la menstruation, qui ont causé la honte et même la répulsion avec un fait aussi naturel. Pour de nombreuses religions, les relations sexuelles sont interdites pendant la période de menstruation, atteignant des degrés extrêmes pour forcer les femmes à l'isolement, pour préserver son mari de leurs mauvaises influences. Il y a des femmes qui refusent de faire l'amour en ces jours par dégoût ou par honte, et des hommes qui ont également cru au mythe et soutiennent leurs femmes dans cet acte mensuel d'hygiène et de bonnes manières. Les menstruations doivent être vécues naturellement et en toute sécurité, il n'y a aucune raison de ne pas avoir de relations sexuelles pendant cette période.
  • L'une des plaintes les plus courantes des femmes qui recherchent de l'aide auprès de sexologues est l'incapacité d'atteindre l'orgasme pendant les rapports sexuels, malgré une réponse complète à d'autres formes de stimulation sexuelle. Que les femmes n'aient pas la même facilité à avoir des orgasmes que les hommes, cela n'a rien à voir avec la façon de les obtenir. Le blocage psychologique et la grossièreté semblent être la réponse à cette difficulté. La qualité d'un orgasme, c'est-à-dire l'intensité, la durée et le plaisir global, peut varier d'un rapport sexuel à l'autre. L'originalité et la fréquence de l'événement peuvent influencer la qualité de la prochaine expérience sexuelle, tout comme des facteurs tels que l'anxiété, la culpabilité, la colère ou la dépression. L'indifférence envers le partenaire et le contexte dans lequel se déroule la relation amoureuse jouent un rôle important.
  • Les orgasmes féminins peuvent être obtenus en caressant le clitoris ou la zone à proximité. Le clitoris est la partie à peine visible et palpable d'un organe très complexe et étendu, qui enfonce ses racines à cheval à l'entrée du canal vaginal, derrière les grandes lèvres et les mineures de la vulve.
  • Dans l'orgasme féminin, le clitoris intervient toujours. Même chez les femmes qui disent qu'elles n'atteignent l'orgasme qu'avec pénétration, elles seraient surprises si elles savaient qu'elles l'ont obtenu parce que le pénis effleure l'entrée du vagin et fait de petits coups avec l'os pubien et les poches testiculaires, la zone de La vulve. Cela signifie que le clitoris est excité de plusieurs façons, car on y trouve les corps caverneux (comme dans le pénis) qui se remplissent de sang d'excitation et de friction. Tout ce que le vagin "ressent" est ressenti parce que le clitoris, qui entoure l'entrée du canal vaginal, "le prête".
  • L'absence d'hymen chez une femme ne signifie pas nécessairement qu'elle n'est pas vierge. L'hymen est un pli de muqueuse, de peau et de tissu fibreux situé dans le canal vaginal. Elle peut être absente, petite, mince et flexible ou, rarement, dure et dense, obstruant complètement l'orifice vaginal, auquel cas elle devrait être opérée car même les menstruations ne peuvent pas la pénétrer. Par conséquent, il a de nombreuses formes et, sauf dans de rares anomalies, il est pénétrable par le liquide vaginal, même par quelque chose de plus grand comme le pénis, ne se cassant pas avant que la femme n'accouche..
  • Il n'est pas vrai que l'homme ait plus besoin de décharger son énergie sexuelle que la femme, il n'est pas étrange qu'un homme dise parfois non. Ce mythe génère souvent que l'homme a des relations sexuelles, même sans désir, provoquant ainsi des rencontres frustrées. Les hommes peuvent également avoir un manque de désir sexuel.
  • La zone anale est une zone érogène, ce qui ne fait aucune différence entre les hommes et les femmes. Cette zone peut être la préférée d'un homme et cela n'indique pas du tout l'homosexualité. Beaucoup d'hommes répriment ou ignorent le plaisir ressenti dans ce domaine car ils ne le considèrent pas comme «rare» dans leurs préférences.
  • L'éjaculation et l'orgasme se produisent généralement ensemble, mais ce n'est pas toujours le cas. Chez certains patients neurologiques tels que les paraplégiques, si la lésion médullaire est élevée et n'a pas endommagé la zone nerveuse directement responsable de l'émission, la personne peut éjaculer mais sans orgasme.
  • L'érection et l'éjaculation peuvent survenir sans aucune stimulation physique. Les éjaculations nocturnes (pollutions) et, bien sûr, l'apparition d'érections matinales ou nocturnes en sont un exemple..
  • Un homme n'a pas besoin d'avoir une érection complète pour avoir un orgasme. Cette erreur qui se traduit par le mythe selon lequel l'orgasme et l'éjaculation chez les hommes sont la même chose. Comme en général l'orgasme et l'éjaculation coïncident dans le temps, on pense généralement qu'il s'agit du même phénomène. Il peut y avoir des orgasmes sans éjaculation, ainsi que des éjaculations sans orgasme.
  • La satisfaction orgasmique féminine n'est pas affectée par la taille du pénis. Croire qu'un homme est plus puissant qu'un autre parce qu'il a des pouces supplémentaires dans son pénis n'a aucune base scientifique. La taille du pénis n'a rien à voir avec la satisfaction sexuelle du partenaire. Curieusement, et assez curieusement, de nombreuses femmes partagent ces idées fausses avec les hommes. On considère que l'homme avec un gros pénis est plus puissant sexuellement que l'homme avec un petit. Les hommes ont tendance à trop s'inquiéter de la taille de leur pénis, car ils ont été culturellement conditionnés de cette manière, associant la taille à la «masculinité», «force» ou «courage» et étant le pénis plusieurs fois par rapport aux autres..
  • Ce n'est pas vrai que les homosexuels sont plus obsédés par le sexe que les autres. Cela dépend de la manière d'être de chacun, il y a des personnes hétérosexuelles très obsédées par cette question, ce qui se passe, c'est que populairement c'est plus «bienvenu» et même «permis» de devenir évident chez les hétérosexuels que chez les homosexuels.

Personne n'a encore commenté ce post.