Enfance, culture et société

3900
Sherman Hoover
Enfance, culture et société

«Ce que nous serons est là, dans sa configuration et ses objets. Rien dans le monde ouvert et ambulant ne pourra remplacer l'espace clos de notre enfance, où quelque chose s'est passé qui nous a rendus différents et qui persiste encore et que nous pouvons sauver lorsque nous nous souvenons de cet endroit dans notre maison. " Julio Ramón Ribeyro

Contenu

  • Enfance et culture
  • Les troubles de l'enfance dans la société d'aujourd'hui
  • Les objets transitionnels de Winnicott dans l'enfance
  • L'importance de la langue
  • Les enfants d'aujourd'hui, notre avenir social
    • Les références

Enfance et culture

Etymologiquement, le mot enfance vient du latin «infans» qui signifie celui qui ne parle pas sur la base du verbe «pour» (parler, dire). L'enfance ne peut se résumer en une seule définition; c'est la construction permanente du social et du culturel qui détermine la vie des nourrissons. En ce sens, la culture des enfants a été imbriquée à partir d'un champ de divertissement, de soutien et de plaisir, ce qui permet de construire des notions sur ce que signifie être un enfant. Occuper un poste qui se traduit par le sexe, la race et la classe, ce qui permet une définition de l'autre. En d'autres termes, le monde des enfants est tissé à partir des positions socioculturelles d'un pays et du monde. Cependant, la culture des enfants continue d'être ignorée, en particulier dans le monde des films pour enfants, qui se sont chargés de l'homogénéiser et d'établir des rôles que la famille et l'école ne donnent pas clairement. Pour cela, il est nécessaire que la famille et l'école commencent à donner un sens à la voix des enfants à partir de leurs besoins, goûts et intérêts, ce qui les aidera à être critiques et proactifs, face aux différents scénarios présentés. pour eux. Autrement dit, il faut une enfance qui traite les enfants comme un sujet social, cognitif, physique et moral, et non comme un être passif caractérisé par le consumérisme. Le consumérisme qui a relégué ces jeux tels que la dent sucrée, les retraits au bâton, l'arrêt, etc., déformant l'interaction de l'enfant avec ses pairs et son processus d'imagination, le forçant à répondre aux attentes du centrisme adulte.

Les troubles de l'enfance dans la société d'aujourd'hui

Ce qui fait souffrir l'enfant lorsqu'il est porteur de frustrations, de désirs, de culpabilité, etc., qui ne lui appartiennent pas. En l'établissant comme objet du désir générationnel de certains adultes qui n'ont pas su comprendre qu'il est un sujet avec sa propre voix, et exige ses propres désirs. Les dommages causés aux petits sont tellement importants qu'ils se manifestent dans leurs comportements alimentaires, leurs relations interpersonnelles et leurs processus académiques. Des symptômes qui se retrouvent chez les psychiatres et les psychologues, qui soignent souvent un enfant dont la seule chose qu'il criait était de calmer son inconfort face à un événement culturel.

D'une culture qui doit être vue sous des angles différents puisque tous les enfants ne sont pas les mêmes, il est donc nécessaire d'utiliser différents outils que la transculturalité fournit entre eux:

  1. Interculturel: Le thérapeute et le patient sont plongés dans la même culture. Cependant, le thérapeute prendra en compte les dimensions socioculturelles des problèmes du patient et le développement de la thérapie.,
  2. Interculturel: Le thérapeute et le patient ne sont pas plongés dans la même culture, mais le thérapeute connaît la culture de son patient, et l'utilise comme instrument thérapeutique et
  3. Métaculturel: Le thérapeute et le patient sont plongés dans deux cultures différentes. Le thérapeute ne connaît pas la culture de son patient mais comprend la notion de culture et l'utilise pour établir le diagnostic et le traitement de son patient. À cet égard, il faut dire que ces instruments seront efficaces tant que l'ego de l'enfant l'emportera sur un dialogue continu qui lui permet de comprendre qui il est, et sans oublier que les adultes ne perdent pas leur rôle dans la compréhension des événements que le bébé passe par.

Les objets transitionnels de Winnicott dans l'enfance

Il faut ajouter quelque chose d'autre à cette approche de la culture à partir des approches de Winnicott (1993), qui établit des objets et des phénomènes de transition. Les objets de transition sont le processus d'acquisition de la capacité d'accepter les différences et les similitudes. Tenant compte du fait que vous pouvez utiliser une expression qui désigne la racine du symbolisme dans le temps, qui décrit le parcours de l'enfant, du pur subjectif à l'objectivité; et l'objet transitionnel (morceau de couverture, etc.) est ce que l'on voit à partir de ce voyage de progrès vers l'expérience. Autrement dit, les objets transitionnels ne constituent que la manifestation visible d'un espace d'expérience particulier qui n'est pas défini comme totalement subjectif ou complètement objectif. Dans le cas des phénomènes transitoires, ils représentent les premières étapes de l'usage de l'illusion sans lesquelles l'idée d'une relation avec un objet que les autres perçoivent comme extérieur à cet être n'a aucun sens pour l'être humain. La vérité est que cet espace n'est pas interne à l'appareil psychique, mais n'appartient pas non plus complètement à la réalité externe; et il constitue le champ intermédiaire dans lequel se développeront à la fois le jeu et d'autres expériences culturelles. De ces circonstances découle le fait que les objets et les phénomènes de transition sont fondamentaux pour l'expérience que cet enfant va construire, qui deviendra plus tard un adulte. Un adulte qui sera confronté à divers phénomènes culturels qui seront médiatisés à partir des positions qu'il a acquises depuis l'enfance, et ainsi se consolider dans un sujet critique et proactif de son contexte. Tenant compte du fait que les êtres humains sont faits d'histoires, qui portent un cachet culturel qui leur permet de continuer dans les différents scénarios.

L'importance de la langue

Avec tout ce qui précède, la langue est essentielle pour comprendre le monde dans lequel vit l'enfant. Car c'est grâce au langage que l'enfant parvient à comprendre le sens du monde social dans lequel il interagit, dans le but de devenir un membre compétent de la société. Sans aucun doute, la langue est essentielle à la vie humaine, grâce à elle, des notions aussi importantes que les mathématiques, l'art, les jeux, fournissent la lecture en mots de grandes pensées et réalisations. En d'autres termes, le langage passe du symbole et des signes à un récit chaleureux et émotionnel, ce que les hommes qui étaient autrefois des enfants font sont passionnés par les mots. Cependant, souvent aussi, les médias établissent des comportements de la famille et de l'enfant à partir d'une logique de marketing commercial qui cherche à accroître la différenciation de l'entreprise qui diffuse les programmes. Ce qui conduit à convoquer des systèmes de valeurs à partir du langage, qui stabilisent, consolident et transforment, des systèmes de croyances partagés dans un champ discursif. Des croyances qui ne sont pas toujours appropriées dans un monde qui, jour après jour, posent des défis lorsqu'il s'agit de faire face à l'altérité. Dans lequel il est nécessaire de repenser et d'enrichir les relations des garçons, des filles et des adultes, en tant que protagonistes de la relation. Une relation qui se mesure par la participation sociale, non par une participation à la consommation qui est l'hymne des États néolibéraux, qui au lieu de générer des sujets participatifs génère des consommateurs ou des clients.

Les enfants d'aujourd'hui, notre avenir social

La tâche doit se concentrer sur la pensée de l'enfance comme un espace ou un lieu dans lequel les conditions appropriées sont générées pour initier les nourrissons à la vie sociale. Ce sont eux qui seront au fil des ans des acteurs sociaux. Des acteurs sociaux constitués d'une pluralité de mondes nés de mots, qui représentent ou symbolisent les événements que vivent les plus petits. Le mot a été considéré comme l'outil que les humains utilisent pour se rapprocher les uns des autres, pour comprendre que les histoires s'entremêlent dans leur voyage. C'est-à-dire le mot comme construction de l'imaginaire des peuples qui ont fait de leurs événements un devenir. En ce sens, les garçons et les filles ont construit leur monde à partir de la musique, de la littérature, de la poésie, cette dernière comme un instrument de récupération d'un monde divisé et fragmenté. La poésie et la philosophie ont été séparées dans un moment chaotique dans l'histoire non narrative de la pensée, qui oblige les poètes à unir la pensée avec le sentiment, l'amour avec la création. De cette manière, ils incitent les nourrissons à mettre en œuvre leurs connaissances avec affection, ce qui rend leur croissance non seulement individuelle mais aussi en groupe, ce qui se traduit par cet échange de valeurs de renforcement, de surmonter les frustrations et les erreurs possibles. À cet égard, il faut dire que le travail de l’école et de la famille doit se concentrer sur l’enseignement de la pensée, de la réflexion, de l’analyse et de l’ordre de la pensée. Apprendre à penser, c'est apprendre à douter, à remettre en question, à remettre en question, à poser des questions et à chercher des solutions. Autrement dit, apprendre aux nourrissons à penser, c'est réconcilier la compréhension avec l'application, c'est rechercher les aspects positifs, négatifs et intéressants des choses, c'est faire rêver l'imagination du futur, c'est interpréter et c'est aussi désapprendre les schémas qui ont validité perdue.

Les références

Winnicott, D. (1993). Nature humaine. Éditorial Paidós Deep Psychology. Barcelone Espagne.


Personne n'a encore commenté ce post.