Le harcèlement criminel, un nouveau type de harcèlement

3084
Abraham McLaughlin
Le harcèlement criminel, un nouveau type de harcèlement

Le concept anglo-saxon de harcèlement fait référence à un type de harcèlement quelque peu «particulier». C'est un terme assez nouveau, donc sa définition est toujours en construction. Même ainsi, nous pouvons déjà avoir quelques premiers coups de pinceau de sa signification.

Pourquoi s'agit-il d'un harcèlement un peu particulier? Appeler par téléphone n'est pas mal vu, ni pour envoyer une lettre ou un message, ni même pour offrir un cadeau. Bien que vous puissiez également suivre la personne. Lorsque ces comportements sont classés comme harcèlement criminel, ils seraient couverts par la teinte de l'obsession. Appelez fréquemment, envoyez des centaines de messages, de lettres, donnez excessivement, suivez quelqu'un partout. Même dans les cas les plus graves, la peur peut être faite pour la vie de la victime..

Contenu

  • Introduction à la «traque»
  • Fonctionnalités de traque
  • Fonctionnalités de cyberharcèlement
  • Profil de harceleur / harceleur
  • Profil de la victime et conséquences
    • Bibliographie

Introduction au «harcèlement»

Les premières définitions suggèrent qu'il s'agit d'un syndrome et il a été baptisé comme le syndrome de harcèlement sous pression. Ceux qui en souffrent, hommes et femmes, ont tendance à poursuivre une personne de manière obsessionnelle. Indépendamment du refus de la persécutée, le harceleur (comme on l'appelle en anglais) fixera son attention sur la victime et il ne lui sera pas facile de renoncer à ses efforts pour la persécuter et la harceler..

L'origine du terme vient de la chasse. La tige verbale signifie se faufiler sur une proie tout en essayant de rester caché. Cette approche écrasante de la victime peut prendre la forme de flammes de téléphone, de lettres, de messages, de courriels, de cadeaux et même de la mettre mal à l'aise dans les lieux publics ou sur son lieu de travail. Dans les cas plus graves, la victime pourrait recevoir des menaces ou subir un acte de violence.

Les nouvelles technologies ne passent pas inaperçues par les harceleurs et le piratage des comptes de messagerie ou de réseaux sociaux de votre victime peut également figurer sur votre liste de choses à faire. Dans ce cas, le terme cyberharcèlement est utilisé. 

Fonctionnalités de traque

Villacampa Estiarte (2009) met en évidence les aspects les plus caractéristiques du harcèlement criminel:

  • Conduite répétée et intentionnelle. Les actes de harcèlement doivent se répéter au fil du temps. Villacampa souligne que cela est dû au fait que "les actes de harcèlement, pris individuellement, ne sont généralement pas suffisamment graves pour justifier une réponse des autorités". Mais combien d'actes peuvent être considérés comme du harcèlement? Pathé et Mullen (2000) établissent ce nombre dans au moins dix communications indésirables en au moins quatre semaines.
  • Poursuite obsessionnelle. Ils recherchent une proximité physique, visuelle, directe ou indirecte. Les comportements de harcèlement peuvent être: des appels téléphoniques, l'envoi de courriels, des cadeaux, des lettres, suivre la victime ou se promener dans sa maison. Comportements non pertinents ou même socialement acceptés à prendre en compte isolément ou à apprécier par le destinataire. Parmi les comportements les plus graves pouvant constituer un crime, on trouve la menace, le vol de biens, les diffamations ou fausses accusations, la publication d'images intimes de la victime, ainsi que l'agression ou la rétention de la victime..
  • Concernant une personne. La conduite de harcèlement doit être dirigée contre une personne spécifique.
  • Indésirable. La conduite n'est pas souhaitée par la victime, c'est "une intrusion non consensuelle dans son espace de vie".
  • Crée de l'appréhension ou est susceptible de provoquer une peur rationnelle. Le comportement doit être perçu comme menaçant ou intimidant, produisant un tel sentiment d'inconfort et de peur qu'il influe sur le développement normal de la vie de la victime. Gómez Rivero précise que "c'est la surveillance de la victime, qui génère un sentiment de malaise face à une éventuelle attaque de son harceleur, mais sans savoir de quel type d'attaque ou de quoi il est capable. Cela pourrait être une attaque. sur ses biens., à son intégrité physique, à sa vie ou à sa liberté sexuelle. C'est précisément cette ignorance du quoi, du comment et du quand qui produit le plus grand impact sur le développement vital de la victime ".

Fonctionnalités de cyberharcèlement

Le cyberharcèlement, en raison de sa nature technologique, présente un certain nombre de caractéristiques différentes du harcèlement physique. García González (2010) dresse une liste des caractéristiques les plus marquantes:

  • Invisibilité. L'anonymat fourni par le réseau crée un sentiment d'impunité chez l'agresseur qui le conduit à la perception de jouir du pouvoir et de la liberté. García González souligne que "savoir que nous sommes anonymes nous désinhibe: nous sommes capables de faire ou de dire des choses qui n'auraient pas lieu en dehors du réseau".
  • Absence de contact direct avec la victime. Cette absence de contact se traduit par une perception plus faible des dommages causés et une difficulté à faire preuve d'empathie avec la victime.
  • Impuissance juridique. Absence de mécanismes de protection rapides et efficaces pour la victime.
  • Il envahit des zones d'intimité apparemment sûres telles que la maison familiale. Un sentiment d'impuissance de la victime peut se développer.
  • C'est du harcèlement public. Il s'ouvre rapidement à plus de personnes et il est facile d'inviter d'autres personnes.
  • Facilité de diffusion, de reproduction et d'accessibilité. Internet est toujours "ouvert", il n'a pas d'heures. Tout ce dont vous avez besoin est un ordinateur ou un smartphone avec accès Internet.

Profil de harceleur / harceleur

Selon l'article de recherche de Villacampa et Pujols (2017), la plupart des intimidateurs sont des hommes. Bjerregaard (2000) affirme que le sexe est lié à celui de la victime. Selon une enquête menée par l'auteur, "si les femmes ont tendance à être principalement harcelées par les hommes, les hommes sont victimes à la fois des hommes et des femmes"..

Villacampa et Pujols soulignent que 80,6% des hommes agissent seuls, tandis que les femmes préfèrent agir en groupe. Les auteurs précisent que "spécifiquement, elles sont intervenues conjointement avec d'autres femmes dans 45,7% des cas (20% avec une autre femme et 25,7% avec 3 femmes ou plus), agissant seules dans 42,9% des cas"..

Les auteurs se distinguent également par le sexe des harceleurs dans le cas du harcèlement de groupe (trois personnes ou plus), qui est "principalement perpétré par des groupes mixtes (44%), suivis par des groupes constitués uniquement de femmes (36%) et uniquement par les hommes (vingt%) ".

Profil de la victime et conséquences

À un niveau général, n'importe qui peut être harcelé. Un comportement de harcèlement peut survenir entre deux personnes qui ont été en couple, mais aussi avec un ami, un voisin, un collègue ou un inconnu. Ainsi, le degré d'intimité avec la victime n'a pas à être distinctif..

Les conséquences pour la victime peuvent être multiples, liées à l'anxiété, au stress, à l'insécurité et à la peur. À tout cela s'ajoute un sentiment continu d'étouffement dû à la peur et à la peur pour son intégrité physique et des sentiments de persécution..

Cela peut obliger la victime à changer de modus vivendi. Autrement dit, changez votre façon de vous rendre au travail, changez votre numéro de téléphone et même, dans les cas les plus extrêmes et les plus graves, changez votre adresse..

Bibliographie

  • BJERREGAARD, B. (2000). Une étude empirique de la victimisation par harcèlement criminel. Violence et victimes, 15 (4), 389-406.
  • GARCÍA GONZÁLEZ, J. (2010). Cyberintimidation: la protection pénale de la vie privée, de l'intégrité et de la liberté sexuelle sur Internet. Tirant lo Blanch: Valence.
  • VILLACAMPA ESTIARTE, C. (2009) Traque et droit pénal: pertinence juridico-pénale d'une nouvelle forme de harcèlement. Iustel: Madrid.
  • VILLACAMPA, C. et PUJOLS, A. (2017). Prévalence et dynamique de la victimisation du harcèlement criminel dans la population universitaire. Revue espagnole de recherche criminologique. 4 (5), 1-27.

Personne n'a encore commenté ce post.