Intelligences multiples Intelligence logique-mathématique

2667
David Holt
Intelligences multiples Intelligence logique-mathématique

L'intelligence logico-mathématique a été considérée conjointement avec l'intelligence linguistique, comme un concept unique d'Intelligence. Ce qui est bon, ce sont les mathématiques et la langue, est intelligent. Howard Gardner, avec sa théorie des intelligences multiples, démantèle ce mythe et nous raconte l'existence de différents types d'intelligence.

L'intelligence logique-mathématique est si étendue que plusieurs articles pourraient lui être consacrés. L'explication de ce type d'intelligence peut être très complexe car elle couvre une grande variété d'aspects. D'une part, elle englobe les mathématiques, d'autre part la logique, aussi la pensée humaine, et un large éventail de concepts. Ainsi, les points les plus représentatifs seront mis en évidence dans l'article afin que le lecteur puisse se faire une idée générale.

Contenu

  • Intelligence logique-mathématique
  • Caractéristiques des personnes qui excellent en intelligence logique-mathématique
  • Un peu de logique
  • Intelligence logico-mathématique, développement et cerveau
  • Régions cérébrales associées au traitement mathématique
  • Régions et capacités du cerveau
    • Bibliographie

Intelligence logique-mathématique

L'intelligence logico-mathématique englobe de nombreux facteurs liés au développement analytique et synthétique et à l'intégration de l'esprit. Cela passe d'une analyse d'objets concrets à une analyse abstraite. Tout d'abord, une relation s'établit entre la personne et le monde des objets. Lorsque cette relation mûrit, l'esprit se distancie du monde matériel et passe à un niveau abstrait. De cette manière, les informations sont manipulées mentalement. Ainsi, ils peuvent effectuer mentalement des actions sur des objets, voir les relations entre eux, etc..

"Les mathématiques pures sont, dans leur forme, la poésie des idées logiques." -Albert Einstein-

Les personnes qui excellent dans ce type d'intelligence ont tendance à penser d'une manière plus conceptuelle et abstraite. Ils peuvent aimer travailler avec des nombres, résoudre des problèmes, analyser des circonstances, etc. Selon Gardner, "cette intelligence implique la capacité de détecter des modèles, de raisonner déductivement et de penser logiquement". Gardner affirme que les mathématiques aident au développement de l'intelligence logico-mathématique.

Les mathématiques sont universelles en raison de leur abstraction. Cela leur permet d'être utiles dans la musique, l'histoire, la politique, la médecine, l'agriculture, les affaires, l'industrie, l'ingénierie, les sciences sociales et naturelles..

Caractéristiques des personnes qui excellent en intelligence logique-mathématique

  1. Ils aiment le processus de compréhension des choses.
  2. Ce sont généralement des gens ordonnés.
  3. Ils aiment se poser des questions.
  4. Ils travaillent avec des nombres, des mesures, des degrés, des dimensions, des angles, etc..
  5. Expériences scientifiques d'une manière logique généralement comme elles.
  6. Explorez les modèles et les relations.
  7. Avoir de bonnes compétences en résolution de problèmes.
  8. Ils aiment réfléchir à des idées abstraites.
  9. Ils sont bons pour résoudre des situations complexes.
  10. Ils sont organisés à travers la classification et la catégorisation des informations.
  11. Ils s'interrogent souvent sur les événements naturels.
  12. Ils poursuivent des idées.
  13. Ils aiment trouver des modèles entre différents domaines de connaissance.
  14. Ils s'intéressent au «comment»: comment fonctionne quelque chose? Comment X peut-il se produire? Que peux-tu y faire?
  15. Ils ont une bonne capacité de pensée abstraite.

Un peu de logique

Bien qu'il soit englobé dans la même intelligence, Gardner fait remarquer que quelqu'un qui excelle dans la capacité logique n'a pas besoin d'être très avancé en mathématiques. Alors que les mathématiques sont consacrées à l'étude de l'abstraction et des relations d'éléments par le biais des nombres, la logique effectuerait le même processus sans l'utilisation de ceux-ci. Bien que l'objectif et la méthodologie soient les mêmes. Comme décrit par la philosophie, la logique est l'étude des processus de pensée et de raisonnement.

La logique expose les lois, les modes et les formes de la connaissance scientifique. C'est une science formelle sans contenu, et se consacre à l'étude des formes valides d'inférence. C'est l'étude des méthodes et des principes utilisés pour distinguer le raisonnement correct du raisonnement incorrect..

Intelligence logico-mathématique, développement et cerveau

Tant chez les nourrissons que chez les jeunes enfants, il existe des preuves de concepts relatifs aux estimations et aux opérations mathématiques de base (Wood et Spelke, 2005). Les enfants qui ne parlent pas encore peuvent distinguer quelques objets, c'est-à-dire que cela les amène à penser qu'ils possèdent naturellement le sens de la quantité. Nous partageons cette caractéristique avec les primates. Cependant, la pensée mathématique symbolique et verbalisée est acquise et n'apparaît chez l'être humain qu'avec l'apprentissage.

Les enfants ont également la capacité d'estimer (Lourenco et Longo, 2010). La capacité visuospatiale est étroitement liée à l'estimation et est liée à l'activité du cortex occipital et pariétal.

"Les mathématiques sont un endroit où vous pouvez faire des choses que vous ne pouvez pas faire dans le monde réel." -Marcus du Sautoy-

Chez les enfants plus âgés, l'utilisation des doigts sera très importante à ajouter et à soustraire. Les cortex moteur et sensoriel seront importants, ainsi que les domaines de l'audition et du langage (Cantlon, 2012). Dans un premier temps, le cerveau utilise le sens visuel-spatial de la quantité, et peu à peu il le combine avec des symboles mathématiques qu'il apprend et qui sont liés au langage. Les calculs exacts dépendent du lobe frontal gauche. Les approximations ou estimations mathématiques utilisent l'hémisphère droit, bien que la gauche joue également un rôle.

Régions cérébrales associées au traitement mathématique

  • Le lobe frontal. Le cortex préfrontal, le cortex prémoteur et la zone motrice primaire sont mis en évidence.
  • Lobe pariétal. La zone somatosensorielle primaire et le cortex d'association du lobe pariétal participent.
  • Lobe occipital. Le cortex visuel primaire et le cortex d'association du lobe occipital sont impliqués.
  • Lobe temporal. Comprend le cortex auditif primaire, le cortex temporal supérieur et le cortex d'association du lobe temporal.

Régions et capacités du cerveau

Ces zones mûrissent peu à peu. L'enfant active certains de ces domaines et d'autres se développent en fonction du stimulus reçu par l'éducation. Les zones qui mûrissent en premier sont les zones motrices, somatosensorielles, visuelles et auditives. Les zones qui continuent à mûrir sont les zones motrices et sensorielles secondaires. Plus tard, les zones d'association. Certaines des dernières zones à maturité sont le cortex préfrontal et le cortex temporal supérieur, qui est responsable de l'intégration des informations provenant de différentes modalités sensorielles. Ils terminent leur maturation à la fin de la deuxième décennie de la vie (Serra, Adan, Pérez-Pámies, Lachica et Membrives, 2010).

"Sans maths, vous ne pouvez rien faire. Tout autour de vous est mathématique. Tout autour de vous est composé de nombres.".

-Shakuntala Devi-

La capacité de lire et de produire des signes mathématiques est le plus souvent fonction de l'hémisphère gauche. Alors que la compréhension des concepts et des relations des nombres semble comprendre l'implication de l'hémisphère droit. L'ensemble du cerveau fonctionne dans son ensemble car s'il y a des difficultés de langage, cela peut causer des problèmes de compréhension numérique.

Il existe un consensus sur le fait que certaines zones deviennent importantes en matière logique et mathématique: les lobes pariétaux gauches et les zones d'association temporelle et occipitale qui sont contiguës aux lobes. On en conclut que l'intelligence mathématique n'est pas un système aussi autonome que d'autres types d'intelligences, mais que ce serait une intelligence plus générale..

Découvrez le test d'intelligence multiple

Bibliographie

  • CANTLON, J. F. (2012). Math, singes et cerveau en développement. Actes de l'Académie nationale des sciences, 109 (1), 10725-10732.
  • GARDNER, H. (1993). Intelligences multiples. La théorie en pratique. Barcelone.
    Paidos.
  • GARDNER, H. (1996). Intelligence émotionnelle. Barcelone. Kairos.
  • GARDNER, H. et LASKIN, E. (1998). Diriger les esprits. Une anatomie de la
    leadership. Barcelone. Paidos.
  • GARDNER, H. (2001). Intelligence reformulée: Intelligences multiples dans le
    XXI siècle. Barcelone. Paidos.
  • GARDNER, H. (2005). Intelligences multiples. Journal of Psychology and Education, 1, 17-26.
  • LOURENCO, S. F., et LONGO, M. R. (2010). Représentation générale de l'ampleur chez les nourrissons humains. Science psychologique, 21 (6), 873-881.
  • SERRA-GRABULOSA, J. M., ADAN, A., PÉREZ-PÀMIES, M., LACHICA, J., et MEMBRIVES, S. (2010). Bases neuronales du traitement numérique et du calcul. Journal of Neurology, 50 (1), 39-46.
  • WOOD, J. N., et SPELKE, E. S. (2005). Études chronométriques de la cognition numérique chez les nourrissons de cinq mois. Cognition, 97 (1), 23-39.

Personne n'a encore commenté ce post.