Neurosciences de l'humour Le jeu du cerveau est-il la même chose pour le cerveau que les mots intelligents?

1621
Abraham McLaughlin
Neurosciences de l'humour Le jeu du cerveau est-il la même chose pour le cerveau que les mots intelligents?

Mais si la pensée corrompt le langage, le langage peut aussi corrompre la pensée. George Orwell (1903-1950) écrivain britannique.

Les limites de mon langage sont les limites de mon esprit. Ludwig Wittgenstein (1889-1951) philosophe britannique, d'origine autrichienne.

Dans la salle d'attente d'une compagnie aérienne ils préviennent le vol des passagers: Nous vous demandons de prendre soin de vos effets personnels, avant qu'ils ne volent avant vous!!.

  • Tu pleures quand je pars, mais tu es heureux quand je prends de l'expansion (Jiménez, 1991).
  • Si étudier donne des fruits, laissez les arbres étudier.
  • La vie est une patate douce, prends ta droite (Jiménez, 1991).
  • Comme le dit le jardinier, soyons heureux tant que nous le pouvons.
  • Grand-père je te donnerai ton lait, pas de petite fille, mieux vaut m'emmener au soleil pendant un moment (Ruiz, 2014).
  • La confusion est très claire!.
  • Que ressens-tu quand je pars? (Jiménez, 1991).
  • Bienheureux Adam qui n'avait pas de belle-mère.
  • Méfiez-vous des albureros, car sans que vous vous en rendiez compte, ils parlent de trous!.

Les mots conceptuellement spirituels et le jeu, comme vous pouvez le lire dans ces exemples, sont des choses différentes, mais pour le cerveau, c'est la même chose, car ils doivent parcourir les mêmes routes neuronales pour en comprendre le sens et provoquer le rire comme nous le verrons plus tard..

L'écrivain mexicain Carlos Monsiváis disait que «pour connaître la culture mexicaine, il faut commencer à connaître les albures, qui en font partie. Nous parlons tous dans un double sens »(Escobedo, 2016).

La langue devient un jeu symbolique qui nous permet d'être à l'intérieur ou à l'extérieur de la réalité dans un groupe social ou même lorsque nous avons un dialogue interne. Lorsque nous parlons à quelqu'un, nous ne communiquons pas seulement nos besoins, c'est un «échec mental» tel que décrit par Lourdes Ruiz, le champion de pourpier masqué de l'albur à Tepito (Ruiz, 2014), c'est pour se connecter avec la culture, l'idéologie, la mémoire (individuelles et sociales), expériences personnelles, codes d'appartenance à une nation, politique, vie sociale, plaisir, apprentissage, sexe, intelligence, flexibilité, agilité mentale, et bien plus.

Cependant, de l'autre côté de la médaille, le langage est confusion, c'est tromperie, il profite des autres, il déforme la réalité, c'est la méfiance et même crypter ou dissimuler un message alors qu'en réalité il en est un autre: je dis à Juan, pour que Pedro le comprenne », ou nous disons« entre blagues, la vérité apparaît ». Le jeu de mots est très différent d'être offensant, grossier et irrespectueux.

Contenu

  • Comment la langue?
  • La langue est conçue pour nous embrouiller
    • Quelques concepts linguistiques liés à l'humour et aux mots spirituels
  • La nature du jeu est maintenue chez les adultes
  • Neuroscience et humour
  • Que se passe-t-il dans notre cerveau depuis le moment où ils nous racontent la blague jusqu'à ce que nous rions?
  • Au jeu de mots, les hommes et les femmes rient de la même manière?
  • Pourquoi tous les cerveaux ne se moquent-ils pas des jeux de mots?
  • En guise de réflexion finale
    • Les références

Comment la langue?

Sur l'origine du langage, le vulgarisateur scientifique, Eduardo Punset fait remarquer: D'abord, les sons sont apparus, puis il semble que la musique est apparue, plus tard le langage et beaucoup plus tard l'écriture. Comprendre l'origine du langage au sein de cette séquence est quelque peu complexe et rassemble de nombreuses hypothèses et spéculations, mais permettez-moi de me concentrer sur une découverte fascinante sur cette question, c'est le gène FOXP2 (pour les alburiers professionnels, le nom de ce gène sonnerait également comme comme albur, les italiques sont les miens). Les souris communiquent par des ultrasons imperceptibles à nos oreilles et on a vu que le gène FOXP2 est crucial pour ce type de communication, si une souris naît sans ce gène, elle ne fonctionne pas correctement, elle ne pourra pas communiquer avec sa mère. Il s'avère que ce gène se trouve également chez d'autres mammifères dont l'homme, en fait, on a vu que les personnes nées avec une version défectueuse de ce gène ne peuvent pas parler, il est difficile de contrôler les mouvements de leur bouche et d'en comprendre les structures. L'avantage d'avoir identifié un gène lié au langage, ouvre désormais des portes aux scientifiques pour étudier son évolution et en partie celle du langage lui-même. Et, ils ont vu que FOXP2 a beaucoup changé au cours de l'évolution humaine depuis environ deux cent mille ans, plus ou moins, lorsque notre espèce a commencé à se différencier des autres hominidés (Punset, 2013).

Nous trouvons différents types de langage autour de nous: des hiéroglyphes, des publicités à la radio ou à la télévision, lorsque nous lisons un livre ou lorsque nous écoutons attentivement nos proches, mais aussi lorsque nous offensons quelqu'un ou si quelqu'un nous offense. La langue nous permet d'avoir un avantage dans la vie sur les autres espèces, elle nous permet également de nous amuser et de créer diverses structures linguistiques.

La langue est conçue pour nous embrouiller

Si nous ne pouvons pas comprendre une langue, nous sommes isolés du monde ou cela nous fait vivre seuls dans notre propre monde, mais cela peut aussi être un paradoxe, une métaphore de la réalité ou de nombreux mécanismes linguistiques plus complexes qui la rendent difficile à comprendre même en apparence parler la langue. même langue.

Selon le psychologue évolutionniste Robert Kurzban de l'Université de Pennsylvanie, le langage est conçu pour nous embrouiller. Dans le cerveau, il a des fonctions spécifiques, mais il fonctionne également par modules et ceux-ci peuvent fonctionner de manière contradictoire. Le même cerveau peut héberger deux croyances contradictoires sur le même problème. Cela peut être vu dans la perception visuelle et aussi dans le langage, il l'appelle: la modularité du cerveau. Ce que vous voyez est le résultat du contexte. Ainsi, le cerveau humain peut héberger simultanément deux croyances incompatibles entre elles, de la perception à la moralité (Punset, 2012).

Quelques concepts linguistiques liés à l'humour et aux mots spirituels

  • Métonymie: c'est un phénomène de linguistique que l'on peut rencontrer lorsqu'on se réfère à une métaphore, puisqu'il s'agit du changement de nom d'une circonstance ou d'un objet produit du temps, de la manière ou de la raison pour laquelle il est utilisé. Une métonymie dans une matière vraiment grossière et sans intention d'être plus qu'un surnom (Venemedia, 2014). Exemple: M'accorderiez-vous cette pièce? (c'est inviter une personne à danser lors d'une fête). Encore une fois, pour les experts du bor, le nom même de ce concept serait encore une fois un pari: "Je suis tellement expert en linguistique que vous obtenez la métonymie sans que vous vous en rendiez compte".
  • Homonymie: deux mots ou plus sont des homonymes s'ils coïncident dans leur forme écrite ou orale mais ils ont des origines différentes. C'est une relation entre les mots. Il a également deux modes: les homographes sont ceux qui s'écrit de la même manière et les homophones sont ceux qui se prononcent de la même manière. En espagnol, les homographes sont des homophones (mais pas l'inverse, puisque vaca et baca sont des homophones mais pas des homographes) (Wikilengua, 2017). Exemples d'homonymie homographique: banque (petit meuble pour s'asseoir) et banque (établissement bancaire). Homonymie homophone: Johny Lotengo (nom d'une personne); Je ne l'ai même pas (je ne possède pas quelque chose).
  • La paronymie est une relation sémantique qui consiste en deux (ou plus) mots similaires dans le son, mais qui sont écrits différemment et ont des significations différentes. Exemple: décompressez (relâchez les sangles) et dégonflez (dégonflez). Chasse (capturer un animal) et se marier (rejoindre un couple) (Gramáticas, 2013).
  • Polysémie: La polysémie (de «poly», beaucoup, et du grec «semia», signifiant), en linguistique se produit quand le même mot ou signe linguistique a plusieurs significations ou significations. Un mot polysémique est un mot qui a au moins deux significations liées les unes aux autres. Exemple: Chat: Animal de la famille féline. Outil pour soulever des objets lourds. Danse indigène d'Uruguay et d'Argentine. Type de jeu. Élevé (Wikipedia, 2017).
  • Albur (Mexique): Au Mexique, albur est un jeu de mots où les participants (auparavant seulement entre hommes, plus tard les femmes ont également commencé à participer) échangent des phrases avec une signification sexuelle plus ou moins cachée. On considère que quelqu'un «gagne» l'échange lorsque l'interlocuteur se tait ou que sa réponse n'est pas si ingénieuse (généralement, on l'interprète, surtout à l'époque où les participants n'étaient que des hommes, que celui qui «gagne» finit par «prouver» qui joue le rôle de l'homosexuel actif, tandis que celui qui «perd» finit par être l'homosexuel passif). Le livre Picardia mexicana, du Mexicain Armando Jiménez, fait à partir de sa première édition (1958) l'une des meilleures compilations d'albur, en particulier, et de discours populaire, en général, dans les rues du centre historique de Mexico (Wikipedia , 2017). Si quelqu'un est très nerveux, la première chose que vous invitez est un «Thé au bouquet blanc pour se détendre» selon les mots de Lourdes Ruíz, tout le monde ne le comprend pas (Escobedo, 2016). Dans cet albur, on fait allusion à une éjaculation masculine avec relaxation incluse. Au sommet de cette colline, il y a un éléphant nain; toi qui sais signer, fais-moi un avec ta main. " Voulez-vous des haricots dans un sac? Blanche-Neige est intéressée. Je vais vous présenter Paty la grosse tête.
  • El calambur: est un jeu de mots qui, basé sur l'homonymie, la paronymie ou la polysémie, consiste à modifier le sens d'un mot ou d'une phrase en regroupant ses syllabes de différentes manières. Par exemple: la banane est / l'argent n'est pas. Bonjour, je m'appelle Enrique Cimiento (enrichissement) (Wikipedia, 2016). "DON'T ECHE ME ENGLISH" façon déguisée de dire: "ne me dérange pas, ne me dérange pas ou ne me dérange pas." "Est-ce que vous l'aimez, ce Fils?" (Faire référence à la préférence pour les mélodies populaires et traditionnelles au Mexique) et "Te gusta tiesezón" (Il se réfère à la préférence pour un pénis en érection, comme une expression alburera au Mexique).
  • Humour: Ce sont toutes ces expériences, sensations, représentations et manières de comprendre la réalité qui ont du plaisir et de la joie en tant qu'histoire. L'humour est directement lié à la capacité à générer du divertissement chez les gens, ce qui est présent dans la plupart des situations par le rire. L'humour est considéré comme une capacité possédée par tous les êtres humains indépendamment de la culture, de l'environnement socio-économique ou géographique dans lesquels ils sont insérés, bien que le mode d'activation puisse non seulement varier d'une société à l'autre, d'une culture à l'autre. surtout d'individu à individu, devenant ainsi un phénomène hautement complexe et indescriptible en termes scientifiques (DefinitionABC, 2017).
  • Double sens: c'est une figure littéraire dans laquelle une phrase peut être comprise de deux manières, généralement comme une forme d'humour. Les blagues sont généralement basées sur le double sens, bien qu'elles utilisent également des métaphores, courantes dans la poésie. Ceci est également connu sous le nom de jeu de mots (Wikipedia, 2016).

La nature du jeu est maintenue chez les adultes

L'essence du jeu des enfants n'était pas seulement un passe-temps, elle est maintenue chez les adultes à travers des jeux de mots comme le jeu et toutes les stratégies linguistiques qui y sont impliquées (métonymie, homonymie, paronymie, polysémie, calambur, humour, double sens, mots spirituels et plus ).

Le jeu apporte de nombreux avantages dans l'interaction sociale et dans notre santé physique et émotionnelle, cela nous rend: plus créatifs, flexibles, souriants, imaginatifs, innovants, des relations émotionnelles se créent, stimule l'intelligence linguistique, nous fait jouer différents rôles, active notre joie, notre affectivité , nous improvisons, nous ressentons la responsabilisation et la liberté, mais surtout nous éprouvons du plaisir et cela active nos centres dopaminergiques.

Neuroscience et humour

Dès que nous entendons quelque chose de drôle, les ondes vibratoires acoustiques qui ont voyagé dans l'air sont capturées et transformées ou transduites par l'oreille externe et interne et le lobe temporal est stimulé électriquement. Si nous lisons quelque chose de drôle, le lobe occipital est stimulé et ensuite nous en donnons un sens avec l'hémisphère gauche lié aux zones du langage.

Les informations sont analysées par la zone de Broca en charge du traitement de la parole et passent par la suite à la zone de Wernicke, en charge du traitement de la structure linguistique des mots (métonymie, homonymie, paronymie, polysémie, Calambur), elle est chargée de lui trouver du sens à quoi a été dit, les deux sont reliés par un faisceau de fibres nerveuses appelé fascicule arqué.

Chaque hémisphère cérébral remplit des fonctions différentes. Le côté gauche est le spécialiste de la compréhension du langage et de sa logique, tandis que l'hémisphère droit est créatif et peut trouver des informations amusantes, tous deux communiquent au niveau de base également par un autre groupe de neurones appelé le corpus callosum..

Le double sens divise notre attention, il y a ceux qui ne le comprennent pas et il y a ceux qui les pêchent dans les airs.

Comme un duo comique, les hémisphères cérébraux jouent différents rôles dans le traitement de l'humour. Le cerveau lui-même semble divisé par des jeux de mots. Selon l'étude publiée dans Latéralité: Asymétries du corps, du cerveau et de la cognition. Les résultats suggèrent que les hémisphères droit et gauche remplissent différentes tâches dans le traitement de ceux-ci et que la communication entre eux est essentielle pour terminer la blague. Dans une étude menée par le professeur Lori Buchanan de l'Université de Windsor en Ontario, il a été constaté que: l'hémisphère gauche est chargé de traiter la plupart des aspects linguistiques du jeu de mots, tandis que la droite est activée un peu plus tard pour révéler le double sens. Cette interaction nous permet de comprendre la blague, comme une forme de jeu de mots, puisqu'elle complète la forme de base de l'humour; la somme de l'attente et de la congruence se traduit par le rire. En double sens, où les mots prennent des significations ambiguës, le contexte de la phrase nous prépare à interpréter le mot spécifiquement, un processus qui se déroule dans l'hémisphère gauche. Le rire se déchaîne lorsque, un peu plus tard, l'hémisphère droit nous donne des indices sur l'autre sens inattendu du mot, déclenchant ce que Buchanan décrit comme une réinterprétation surprenante (Jacobson, 2016).

Richard Wiseman, professeur de psychologie à l'Université du Hertfordshire, Londres, a constaté que les blagues les plus drôles et les plus universelles utilisent des jeux de mots pour créer une situation absurde (The Happy Brain, 2010).

Que se passe-t-il dans notre cerveau depuis le moment où ils nous racontent la blague jusqu'à ce que nous rions?

Afin de le comprendre, nous activons les 3 couches du cerveau. Cerveau reptilien (responsable des fonctions de survie de base telles que la respiration), cerveau limbique (responsable de la régulation des émotions) et néocortex (responsable du raisonnement).

Premièrement, nous entendons ou lisons les mots. Nos récepteurs auditifs ou visuels envoient immédiatement les données au cerveau.

Nous capturons les informations lues ou entendues avec les zones de l'hémisphère gauche (zones de Broca et de Wernicke) pour comprendre le langage et la logique de leurs structures, et nous nous rendons compte dans la première tentative, que ce qui a été entendu ou lu a un sens ou non. À ce moment, il commence à trier les données reçues et tente de structurer une fin logique à l'histoire..

L'hémisphère gauche communique avec l'hémisphère droit et en particulier avec le cerveau limbique dans lequel une émotion agréable s'active face à l'absurde. Pour comprendre cette absurdité, les informations retournent dans l'hémisphère gauche aux zones impliquées dans le traitement du langage.

Ces zones sont essentielles pour comprendre la cohérence de ce que nous recevons au début de l'histoire et détecter plus tard l'incongruité de la blague. Afin de vérifier le résultat final imaginé et inattendu, nous devons également utiliser la mémoire à court terme. C'est une sorte de réseau de neurones qui stocke notre attente logique de l'histoire pendant que nous recevons l'information qui à un certain moment fait un tour absurde, brisant nos attentes. Le logique et l'illogique se rencontrent dans le temps et on voit que c'est absurde, et l'absurde est drôle. Nous trouvons cela amusant parce que notre cerveau a naturellement un soi-disant "centre d'annonce d'erreur", situé dans la zone mi-postérieure du cortex frontal. Là, les neurones sont activés dès qu'une action s'écarte de la bonne chose (The happy brain, 2010).

Si le cerveau détecte des erreurs, il se récompense et le système de récompense (mésencéphale, zone tegmentale ventrale, noyau accumbens) est activé, ce qui produit de la dopamine (une hormone du plaisir ou du bonheur) et ce signal atteint le cortex préfrontal. Ensuite, le système de récompense se charge de mettre le corps en mouvement en stimulant le cortex prémoteur pour que le rire se produise.

Tous les processus pour comprendre la blague, la trouver drôle et rire sont synchronisés très rapidement.

Au jeu de mots, les hommes et les femmes rient de la même manière?

Les hommes et les femmes traitent l'information différemment. Comparer ce qui se passe dans votre cerveau avec les mêmes blagues vous permet de mieux comprendre la composante émotionnelle du sens de l'humour. Les femmes activent deux autres régions du cerveau: les zones du langage et celle impliquée dans la mémoire à court terme. Les femmes génèrent plus d'activité sur l'interrupteur central du système de récompense. La façon dont les informations sont traitées par le cerveau féminin permet une meilleure intégration entre la connaissance et l'émotion, ce qui produit une réponse très élevée à l'agréable. En revanche, le cerveau masculin, en n'intégrant pas autant la composante émotionnelle, attend une récompense de l'absurdité de la blague, qu'elle soit drôle ou non. La recherche de Wiseman conclut qu'ils racontent plus de blagues, mais qu'ils aiment davantage l'humour. (Le cerveau heureux, 2010).

Pourquoi tous les cerveaux ne se moquent-ils pas des jeux de mots?

Les mots intelligents sont censés faire rire ou rire, mais cela ne se produit pas dans tous les cerveaux. S'il y a des dommages structurels ou fonctionnels au niveau du cerveau dans l'un des domaines impliqués dans la capture et le traitement de la blague, des mots spirituels ou d'un pari, ils ne le comprendront pas et aussi si nous ne faisons pas partie du politique, de l'économie, contexte spirituel ou socioculturel où ils s'expriment, il sera matériellement impossible d'en comprendre le sens.

Le jeu de mots ou les mots spirituels ont été présents tout au long de notre histoire, par exemple, le dramaturge, poète et acteur anglais William Shakespeare était un expert en la matière:

  • Il vaut mieux être un roi de ton silence qu'un esclave de tes paroles.
  • Certains sont nés grands, certains atteignent la grandeur, une certaine grandeur leur est imposée et d'autres la grandeur est grande.
  • Le destin est celui qui mélange les cartes, mais c'est nous qui jouons.
  • Les mots sont pleins de mensonge ou d'art; le regard est la langue du cœur.

En guise de réflexion finale

  • Pour le cerveau, un jeu de mots, un pari ou tout type de mots intelligents, c'est pareil.
  • Jouer avec les mots (pas exclusivement avec le jeu) maintient notre cerveau en bonne santé et augmente la plasticité cérébrale.
  • Trouver des choses amusantes ou pas est très personnel et dépend aussi des émotions associées.
  • Occuper de manière créative l'une des modalités linguistiques pour socialiser et communiquer avec les autres nous permet de créer des liens plus affectifs. Ne confondez pas ce concept avec l'utilisation de la grossièreté pour offenser ou dénigrer, car cela génère l'effet inverse.
  • Des blessures dans certaines zones du cerveau peuvent produire une incapacité à comprendre les structures linguistiques et par conséquent ne pas comprendre: dictons, albures ou textes de plus grande complexité. Même avoir une plus grande domination de l'un des hémisphères pourrait être que quelqu'un ne comprend pas les blagues ou les albures.
  • Lorsque nous jouons avec les mots, nous rions et cela nous garde en meilleure santé: cela prévient les maladies cardiaques en accélérant notre rythme cardiaque, nous générons des endorphines et de la dopamine, apportant comme avantage un système immunitaire plus sain, abaissant les niveaux de stress et son effet analgésique nous libère de la douleur . Il permet à plus d'air de pénétrer dans nos poumons et oxygène tout le corps. Contre soustrait les maladies mentales telles que la dépression et l'angoisse. Il améliore nos relations sociales et neutralise les émotions négatives telles que la peur. Régule la pression artérielle et nettoie nos veines et artères. Rire est un plaisir et vous rend en meilleure santé!

Pour en savoir plus, ne manquez pas ce livre de Juan Antonio Barrera

Les références

Escobedo F. (2016) Albur fait partie du folklore mexicain, mais seuls les plus ingénieux prennent le meilleur, consulté le 20 avril 2017, en ligne: https://www.redbulletin.com/mx/es/ culture / the- fine-art-de-alburear.

Jacobson R. (2016) Neuroscience: Le double sens divise notre attention, Inside the brain, Research and Science Magazine, décembre 2016, numéro 483, Barcelone

Jiménez (1991) Signes, dessins et graffitis grossiers de méfaits mexicains, Editorial Posada, Mexique.

Punset E. (2013) How did language emerge?, Networks - Ask Punset, consulté le 15 avril 2017, en ligne: https://www.rtve.es/alacarta/videos/redes/redes-preguntale- punset-how- langue-surgit / 1912280 //

Ruiz L. (2014) Lourdes, la reine d'albúr, les visages de notre ville, consulté le 20 avril 2017, en ligne: https://www.youtube.com/watch?v=1yHjrltpR7Y

Venemedia (2014) Definition of Metonymy, consulté le 16 avril 2014, en ligne: https://conbetodefinicion.de/metonimia//

Wikipedia (2017) Definition of Albur, consulté le 16 avril 2017, en ligne: https://es.wikipedia.org/wiki/Albur_(M%C3%A9xico)

Wikipedia (2016) Definition of Calambur, consulté le 16 avril 2017, en ligne: https://es.wikipedia.org/wiki/Calambur

Wikipédia (2016) Définition du double sens, consulté le 16 avril 2017, en ligne: https://es.wikipedia.org/wiki/Doble_sentido

Wikilengua (2017) Definition of Homonymy, consulté le 16 avril 2017, en ligne: http://www.wikilengua.org/index.php/Homonimia_y_polisemia

Wikipedia (2017) Definition of Polysemy, consulté le 16 avril 2017, en ligne: https://es.wikipedia.org/wiki/Polisemia


Personne n'a encore commenté ce post.